Africolor


 

Edito

 

Avec une fréquentation en hausse de 10%, atteignant pour la seconde fois en 25 ans le seuil des 6000 spectateurs, avec un budget artistique en hausse de 10%, l’édition 2014 a été un succès. Entre foyers de travailleurs migrants et Centres Dramatiques Nationaux, de nombreux concerts ont été complets. Succès artistiques, avec l’hommage à Francis Bebey porté par la truculente équipe de l’Afrique Enchantée et la famille Bebey, avec Expérience Ka (Casey/Sonny Troupé) ou l’irrésistible Franco Na Biso ou encore le très savant Radio Kayes. Ces créations « africolor » ont affiché « complet » pour des soirées qui renouvellent profondément l’avenir de l’innovation musicale autour des musiques africaines. Autour de ces créations attendues, de jeunes artistes en devenir ont confirmé : Chérif Soumano, le BKO Quintet d’Aymeric Krol… Enfin, comment ne pas parler des « grands frères » d’africolor, Danyel Waro, Abdelkader Chaou, Zao, Ray Lema… ils ont été au rendez-vous de soirées qui ont su mélanger les publics et les époques, entre création et répertoire, entre seconde génération et légendes vivantes. Mais la révélation de cette édition fut sans aucun doute le premier concert en France du  duo Djénéba et Fousco, le 24 décembre ; jeunes griots maliens, ils sont l’avenir de la chanson venue d’Afrique de l’Ouest. Pourtant, l’année 2015 sera sans doute celle de baisses de fréquentation, due à une baisse du nombre de concert et de budgets. Le festival anticipe malheureusement les effets désastreux de la baisse des dotations aux collectivités territoriales, conjuguée à la casse culturelle amorcée dans certaines villes depuis les dernières municipales.