Abou Diarra

Inédit

Samedi 24 décembre - dès 18h00

10 Place Jean-Jaurès
01 48 70 48 90
23€ > 8€

Style
Blues mandingue
Description

Abou Diarra est un artiste libre et curieux qui joue le kamele ngoni (luth/harpe). Telle qu’il la raconte, sa vie s’est déroulée dans une atemporalité où le pouvoir des images, de la parole et des symboles se révèlent un marqueur de sa musique aux rondeurs de la tradition mandingue ainsi qu’à une créativité moderne. En effet, Nicolas Repac, arrangeur de ce quatrième album, baptisé Koya, du nom de la mère d’Abou, a su dynamiser sa musique, en l’habillant de touches d’électro discrètes, sans jamais la trahir ou la dénaturer ni entamer son balancement caractéristique. L’harmonica de Vincent Bucher ajoute à la tonalité blues de l’album, tandis que le griot Toumani Diabaté joue de la kora sur deux titres, Djarabi et Labanko. Et bien sûr, les complices de longue date qui l’accompagnent aussi sur scène, Daouda Dembelé à la guitare et Moussa Koita aux claviers, sont venus prêter leur renfort sur ce nouvel album très réussi.

Formé par un maître virtuose et aveugle, connu sous le pseudonyme de «Vieux Kanté – sans commentaire», il a sillonné, pendant plusieurs mois, les routes d’Abidjan-Bamako-Conakry à pied, accompagné de son seul instrument. Traversant les villages les plus reculés d’Afrique de l’Ouest comme les mégalopoles modernes, il y a puisé tour à tour des sons cachés traditionnels et des musiques urbaines contemporaines. Sa musique parle du voyage, de l’exil, du mouvement.

 

Il sera vite repéré par les grands artistes d’Afrique et participera en tant que musicien ou arrangeur à de nombreux projets (Sekouba Bambino, Sadio Sidibé, Oumou Sangaré…) avant d’initier sa carrière en tant qu’artiste. Fasciné par le blues, le jazz, le reggae, le groove. Il explore et cherche des harmoniques hors des gammes traditionnelles en ajoutant des cordes à son instrument, en expérimentant des techniques inspirées des grands du jazz et du blues, en utilisant son ngoni comme une guitare, une basse, une harpe ou une percussion dans des balades silencieuses et nostalgiques ou des rythmes endiablés de bals poussières.

 

Dès la sortie de son premier album en Afrique, il est reconnu comme une étoile montante, soutenu par le public et le Ministère malien de la Culture. Multipliant les concerts, il prend son envol et définit petit à petit un style qui lui est propre entre tradition Wassoulou et un métissage librement inspiré du jazz, du blues et de l’afro funk. Il transite entre l’Europe et l’Afrique depuis 2008 et participe à de nombreux concerts et festivals.

 

• Abou Diarra, Chant, ngoni
• Daouda Dembelé, Guitare
• Moussa Koita, Clavier, chant
• Amadou Daou, Percussions, chant
• Jean-Sebastien Masanet, Basse, contrebasse

 

Sortie d’album : Koya, 10 novembre 2016
Plus d’informations : www.mixetmetisse.com