Alsarah & the Nubatones

Création Africolor

Alsarah & the Nubatones

Avec Alsarah, voix – Nahid, choeurs – Mawuena Kodjovi, basse – Brandon Terzic, oud – Rami El Aasser, percussions

 

Vendredi 8 décembre – MC93, Bobigny

En concert avec Refugees for Refugees et Lamma Orchestra

 

Un nouveau souffle bien groovy pour la musique nubienne.

Installés à Brooklyn, c’est sans aucun doute la frénésie ambiante, le multiculturalisme et l’incessant fourmillement de cette ville qui guident consciemment, ou non, Alsarah et ses musiciens à la recherche de cet équilibre parfait entre culture urbaine, modernité et réminiscences traditionnelles. En s’inspirant à la fois de l’âge d’or de la pop des années 1970 au Soudan et de l’effervescence New-Yorkaise, Alsarah & the Nubatones construisent un répertoire où un oud survolté aux mélodies électrisées s’entrelace avec des lignes de basse jazz-soul raffinées et où des percussions incisives aux syncopes modernes donnent un souffle nouveau à des rythmes millénaires.

 

Alsarah

À la croisée d’influences est-africaines et arabes, sur fond d’instruments électrifiés psychédéliques, la musique d’Alsarah témoigne d’un parcours marqué de ruptures et de rapprochements. Ayant dû fuir le coup d’État de 1989, puis la guerre civile au Yémen en 1994, Alsarah et sa famille s’installent à Boston en revendiquant l’asile politique. Les leçons occasionnelles de piano et l’écoute de bootlegs venus du Yémen l’ont certainement poussé à se spécialiser en ethnomusicologie à l’Université Wesleyan, où elle soutient sa thèse sur la musique soudanaise Zār. D’abord chanteuse pour le groupe de Zanzibari Sound of Tarab, Alsarah fonde son groupe en 2010 dont le premier EP Soukura est suivi
de près par un album, Silt. Engagée et militante, l’artiste se positionne sur de nombreux sujets d’actualité : sa vidéo Vote ! avec le rappeur Oddisee, sortie dans l’objectif de mobiliser les citoyens soudanais à participer aux élections, est visionnée plus de 40 000 fois. En 2013, elle participe au festival de musique de réconciliation à Mogadiscio, premier festival international de musique en Somalie depuis le début de la guerre civile. En 2014, elle est l’une des icônes du documentaire Beats of the Antonov qui retrace le conflit soudanais à travers le prisme de la musique, comme socle identitaire et culturel.

Plus d’informations : alsarah.com