Danyèl Waro

Danyèl Waro

 

Avec
Danyèl Waro Chant, Kayanm
Mickaël Talpot Roulér, Choeurs
Stéphane Gaze Sati, Kalimba, Choeurs
Gilles Lauret Triangle, Basse, Choeurs
Bino Waro Congas, Choeurs

 

Mardi 03 décembre – Saint-Denis, Théâtre Gérard Philipe

 

Danyèl Waro

Longtemps interdit, le maloya a été relancé dans les années 1970 par les mouvements indépendantistes avant de renaître dans les années 1980. Danyèl Waro a su, avec talent, permettre au maloya de retrouver son sens originel et porter un message de révolte, d’espoir et de courage en faisant prendre conscience à de nombreux réunionnais de l’importance de leur patrimoine culturel. En créole, il dénonce les nouvelles formes de dépendances qui ligotent encore l’île à l’état français.
Danyèl Waro cisèle ses mots avec le même soin, le même amour des choses bien faites, que lorsqu’il fabrique ses instruments : le kayanm, un instrument plat fabriqué à partir de tiges de fleurs de canne et rempli de graines de safran sauvage, le bob fait d’une corde tendue sur un arc, d’une calebasse comme caisse de résonance et le roulèr, gros tambour monté à partir d’une barrique de rhum sur laquelle est tendue une peau de boeuf.
Perpétuel insoumis, Danyèl Waro met en avant sa « batarsité », titre d’une de ses chansons emblématiques (1987). Ni blanc, ni noir, le réunionnais est métissé : si la recherche de son origine l’emmène dans une impasse, l’addition de tous ces mélanges fait sa force. En 2010, il a reçu le WOMEX Artist Award, à la suite de Staff Benda Bilili.