Kogoba Basigui par Eve Risser & Naïny Diabaté

Kogoba Basigui par Eve Risser & Naïny Diabaté

Avec
Eve Risser piano, claviers, flûtes
Antonin-Tri Hoang saxophone clarinettes
Sakina Abdou saxophones, flûtes à bec
Grégoire Tirtiaux saxophones, guembri
Nils Ostendorf trompette
Matthias Müller trombone
Fanny Lasfargues effets, Basse électro-acoustique
Emmanuel Scarpa batterie, percussions
Naïny Diabaté bolon, chant
Lala Diallo djembé
Fatouma Maïga guitare
Bintou Koïta dundun
Wassa Kouyaté kora, clavier
Oumou Koïta calebasse
Benin Coulibaly chant, kamélé ngoni

 

Samedi 15 décembre – Montreuil, Nouveau Théâtre

 

Et aussi !

Vendredi 07 & Samedi 08 décembre – Pontoise, Théâtre des Louvrais

vendredi 14 décembre – Bagneux, Théâtre Victor Hugo

 

Eve Risser

Après avoir épuisé toutes les ressources de l’enseignement musical de Colmar où elle a grandi, Eve s’éloigne de cet apprentissage classique pour se tourner vers des musiques qui doutent et lui permettent de fabriquer son propre chemin artistique. Elle le développe au sein des circuits institutionnels tels que les conservatoires mais aussi au-dehors en affirmant toujours son indépendance dans l’organisation de concerts pour ses groupes. Aujourd’hui, Eve se consacre au développement d’une musique personnelle à donner aux autres. Pour cela, elle joue sur un immense terrain de jeu qu’elle nomme White Desert Orchestra. C’est là qu’elle puise l’énergie ludique et confrontante nécessaire au déploiement d’émotions larges et enveloppantes en communication avec le public. Eve tient aussi à mélanger le monde des musiques créatives avec le monde des amateurs comme les enfants ou les grands choeurs pour des performances. Celles-ci sont travaillées sur le terrain, là où ont lieu les concerts. Inspiré de Nicolas Frize, ce travail sur le lien trouve une belle place dans son travail, décuple la part de l’humain dans ses projets, sans pour autant perdre son exigence artistique.

 

Naïny Diabaté

Naïny se fait remarquer très tôt par ses dons de cantatrice et ses aptitudes scéniques. En 1979, elle lance sa carrière solo où elle est accompagnée par des instrumentistes traditionnels et occidentaux. L’étoile montante s’impose dans toutes les salles de spectacle du Mali et les galas. Grande militante, elle lance en 2013 le premier ensemble traditionnel uniquement féminin du Mali, le Kaladjula Band, un projet visant à bousculer les codes sociaux et les coutumes.