Autour du Festival

RÉSIDENCES

Chaque année, l’association Africolor met à la disposition de plusieurs artistes musiciens ses moyens financiers et techniques, son expertise et son savoir-faire pour le développement de créations musicales.
Ces artistes bénéficient de temps de résidence, plus ou moins longs, pour rencontrer d’autres musiciens (aisément avec l’aide du réseau Africolor), chercher, essayer, expérimenter, apprendre, et enfin, créer un spectacle.

 

Aussi convaincu par les talents venus d’ailleurs, Africolor fait débuter certaines de ses résidences en Afrique, elles se poursuivent en Ile-de-France avant la présentation du spectacle lors du festival. La ligne artistique du festival Africolor se dessine ainsi tout au long de l’année avant de rencontrer son public.

 

Cette année Africolor accompagne : Ann O’aro, Un jour de blues à Bamako, Léontina Fall.

STAGE

Chant traditionnel mandingue

avec Nanou Coul, accompagnée de Moussa Diabaté au balafon

 

Nanou Coul, la magnifique et talentueuse chanteuse malienne, a conçu ce stage sur mesure pour Africolor, l’association Singa et MPAA. Il permet de découvrir le chant traditionnel mandingue : écoute, découverte des codes et de la culture, chant. Nanou s’appuie sur un mode de transmission orale, le stage est ouvert à tous, débutants ou confirmés. Présence souhaitable à toutes les séances.

 

Paris, MPAA Les Halles, 10 passage de la Canopée,

5, 12, 19, 26 novembre03, 10, décembre de 13h à 15h 

 et le 11 décembre de 18h à 20h,

inscription au 01 85 53 02 23 ou par mail scohensolal[at]mpaa.fr, gratuit.

PROJECTIONS, DÉBATS

Mali Blues en présence de Fatoumata Diawara

 

« En matière de politique, on n’a rien compris. Mais musicalement, je pense qu’on a compris quelque chose ». Cette phrase que Fatoumata Diawara lance à Ahmed Ag Kaedi sous la lumière douce de Bamako résume à elle seule son point de vue sur la situation au Mali, pays où la musique fut interdite après que les islamistes eurent pris le contrôle du nord. Fatoumata Diawara, Ahmed Ag Kaedi, Master Soumy mais aussi Bassekou Kouyaté, au croisement de ces portraits se dessine l’incroyable richesse et vivacité́ de la scène musicale malienne.

Doc. – 92’ – Allemagne – 2016 de Lutz Gregor

 

Ris-Orangis, cinéma les Cinoches, le 8 décembre, 18h30, 3 allée Jean Ferrat, renseignements 06 81 44 08 79, de 6,50€ à 4€

Nanterre, cinéma les Lumières, le 6 décembre, 20h30, 49 rue Maurice Thorez, renseignements 01 47 29 17 71, de 4€ à 7€

Urgences culturelles aux Comores, Quand les Comores s’invitent à Avignon

Dans le cadre du futur projet de coopération décentralisée avec les Comores

 

« Festival d’Avignon 2015. C’est avec curiosité que je me suis penchée sur un spectacle, Je n’ai pas de nom, de Christophe Tarkos, interprété par Soumette Ahmed. Le début d’une aventure commença alors et m’emmena jusqu’à la rencontre de Maalesh, Seda, DaGenius, et d’autres artistesissusdelafrancophonie. Je découvris alors leur combat pour la culture et l’éducation aux Comores, archipel que j’ai appris à connaître en passant un mois auprès d’eux. » Caroline Orsini

 

Avec Soumette Ahmed, comédien et président du CCAC Manuva, Cheikh MC, rappeur, Maalesh, artiste, Abdillah Ibrahim, président de la plateforme des associations comoriennes de Seine-Saint- Denis, Mériem Derkaoui, maire d’Aubervilliers, vice-présidente du Conseil départemental de Seine- Saint-Denis, Abdel Sadi vice-président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis et la délégation des maires des Comores.

 

Aubervilliers, cinéma le Studio, le 17 novembre, 17h30, 2 Rue Edouard Poisson, renseignements 01 47 97 69 99, entrée libre

Le rôle des femmes africaines dans le développement

Organisée en collaboration avec l’association Guidimaxa Jikke.

Projection du film documentaire Le bois de la survie – Abraham Fofana

 

Au Burkina Faso, de Ouagadougou à Bobo Dioulasso. Un regard de curiosité et de compassion sur les femmes poussant des vélos surchargés de bois de chauffe le long de la Nationale 1. La rencontre avec ces nombreuses coupeuses de bois clandestines, révèle leur histoire.
C’est à la fois un témoignage et une sensibilisation débouchant sur des clés pour sortir de l’impasse dans laquelle ces femmes sont enlisées.

 

Débat

 

Même si les femmes africaines sont encore très vulnérables face aux injustices et aux violences, elles sont les plus grands atouts du continent pour sa croissance, sa santé et sa stabilité. Avec Boye Diawara, médiatrice (Mauritanie), Asta Touré, conseillère municipale à Saint-Denis, Juliette Seydi, journaliste, Moussa Konaté, Guidimaxa Jikke Mali, Sania Boina Boina, consultante en ingénierie de projets (Comores).

 

Saint-Denis, Théâtre Gérard-Philipe, salle Serreau, 17 décembre, 16h, entrée libre

CONFÉRENCE MUSICALE

Du Blues américain au Blues mandingue

Avec Pierre Durand et Joce Mienniel

 

Une ballade musicale entre les terres du blues, né dans les plantations américaines de la rencontre obligée entre l’Afrique et l’Amérique, et les terres du Sahel et son blues mandingue.

 

Nanterre, médiathèque musicale, Maison de la musique, le 26 novembre, 18h, 8 Rue des Anciennes Mairies, renseignements 01 41 37 94 21 (mar-sam 13-19h) entrée libre

RENCONTRE

Rencontre avec Vlad et Solo de l’Afrique Enchantée

 

Venez découvrir qui se cache derrière deux voix familières de France Inter, la voix rocailleuse de Solo reconnaissable entre toutes et la voix pétillante de Vlad, son complice de toujours. Une occasion de les avoir pour soi, de les écouter et de les voir en vrai.

 

Noisy-le-Sec, Théâtre des Bergeries-Auditorium, 1er décembre, 19h, entrée libre

CONCERTS HORS LES MURS

Pierre Durand et Joce Mienniel

 

Enrichis d’un séjour au Mali, Pierre et Joce présentent, en duo, l’essence blues de ce voyage en allant jusqu’à transformer les sons d’origines de leurs instruments, au point d’entendre le muezzin, la flûte peule ou le balafon sortir de la flûte traversière et de la guitare.

 

Saint-Denis, Théâtre Gérard-Philipe, salle Mehmet, 12 décembre, 20h, dans le cadre du Saint-Denis Jazz Club, renseignements 01 48 13 70 00, 14€
Saint-Denis, Médiathèque Ulysse, 14 décembre, 15h, 37 Cours du Rû de Montfort, renseignements, 01 71 86 35 20, entrée libre

Duo de deux grands griots : Naïny Diabaté et Moriba Koita

 

Ce n’est pas l’expérience de leurs âges qui réunira Moriba Koita et Naïny Diabaté sur scène mais bien leur amour pour les femmes. Inlassable militante, la grande griotte malienne Naïny Diabaté sera accompagnée de Moriba Koita au ngoni, petite guitare à trois cordes, fidèle instrument des griots.

 

Saint-Denis, Maison de quartier Pierre Sémard, 14 décembre, 19h, 9-11 rue Emile Chrétien, renseignements 01 83 72 22 50, entrée libre

WEEK-END DANSE

De Dakar à Bamako … du sabar à la danse mandingue
organisé en collaboration avec l’association Pazonote

 

Projection et conférence sur le sabar

Senegal’s heartbeat « Le percussionniste Maguette Gueye ne peut s’empêcher de jouer sur son tambour. C’est l’un des nombreux percussionnistes dakarois qui doit se battre chaque jour pour vivre du Sabar. Est-ce que ses deux fils suivront ses traces? »
De Arda Nederveen – Doc. – 60’ – Pays-Bas – 2014

Conférence avec Sophie Sabar : Le sabar est un terme d’origine wolof qui désigne à la fois un instrument de percussion, un style de musique, une forme de danse sensuelle (appelée leumbeul dans sa version la plus affriolante) et une fête traditionnelle. Le danseur établit une vraie communication avec le musicien. Ils se répondent : l’un par des rythmes, l’autre par ses mouvements.

Ris-Orangis, MJC, 10 décembre, 20h, 10 Place Jacques-Brel, renseignements 01 69 02 13 20, entrée libre

 

 

Master class danse (Mali, Sénégal), niveau professionnel ou avancé :

« Le Cercle, ou comment guider tout en douceur vers la création spontanée autour de deux répertoires, a priori différents, mais liés par la notion d’improvisation et de rapport entre danse et musique. »

Ris-Orangis, MJC, 11 décembre, de 10h à 13h et de 14h à 17h, 40€ la journée, inscriptions obligatoires sur pazonote.com

 

 

Bal afro mandingue sabar
En fin de journée, danseurs, public et musiciens se retrouvent pour un Bal afro explosif.

Avec Manu Sissoko et Mariamni Diarra, Danse, Mali / Sophie Sabar et Michel Doudou Ndione, Danse, Sénégal / Dramane Sissoko et Vieux Diawara, Percussions, Mali / Sengane Ngom et Khadim Sene, Percussions, Sénégal

Ris-Orangis, MJC, 11 décembre, de 17h30 à 18h30, entrée libre

MASTERCLASS

Du Blues américain au Blues mandingue

Avec Moussa Koné, guitariste d’Ali Farka Touré et Pierre Durand.

Les deux virtuoses de la guitare partagent quelques clés techniques du jeu de la guitare (accompagnement et improvisation) et esquissent les contours du blues (forme, mélodie, harmonie, modes…).

 

Le Pré-Saint-Gervais, Ecole de musique et de danse, du 3 novembre au 1er décembre
Saint-Denis, Conservatoire de musique et de danse, le 2 décembre

Master Class Sabar

Avec Ivan Ormond et Mbaye Samb

23 novembre de 9h30 à 12h30 La Courneuve, Conservatoire (CRR 93)

Atelier de percussions Baye Fall avec Bakh Yaye

 

Rencontre sous la forme d’un atelier de percussions jouées avec des baguettes, chaque coup de baguettes correspondant à un mot de chant Baye Fall. Cet exercice permet la découverte et l’apprentissage de la rythmique des chants Baye Fall et constitue un point d’appui d’explications autour de cette culture.

 

Bondy, Auditorium, 25 novembre

Ateliers conte et danse

 

Animés par Caroline Mercier, danseuse et conteuse de la compagnie Seydou Boro, pour les enfants des centres de loisirs de la ville de Stains pendant les vacances de la Toussaint.

Accompagnée d’Oumarou Bambara au balafon, Caroline propose un voyage dans l’univers de « Pourquoi la hyène a les pattes inférieures plus courtes que celles de devant et le singe les fesses pelées ? », le spectacle de danse pour enfants.

 

Stains, du 24 au 27 octobre

Rencontre avec Naïny Diabaté

 

Une rencontre avec l’explosive Naïny Diabaté, la plus moderne, percussive et engagée des griottes de Bamako.

 

Saint-Denis, Lycée Suger

REPRESENTATIONS POUR LES SCOLAIRES

Le ballet de Casamance

 

à Evry, Clichy-sous-Bois et Sevran