Kojo

Kojo

Kojo

Abomey, capital des rois et source du vaudou. Sakpata y est divinité de la terre et de la maladie, dont la musique est gardée depuis trois siècles par la famille Anagoko. L’ensemble Mâäk Spirit emmené par Laurent Blondiau est allé se perdre et se trouver dans les dédales des couvents aboméens entre la complexité du gon (la cloche) et la profondeur du Houn (tambour mère).

Cela donne Kojo, (ensemble), projet musical et dansé où se frottent polyrythmie et tonalité du vaudou et de l’occident. Une transe contemporaine apparait magnifiquement incarnée notamment par  Yiphun Chien et Fatou Traoré.

Laurent Blondiau : trompette – Bart Maris : trompette – Guillaume Orti : sax alto – Jeroen Van Herzeele : sax tenor – Michel Massot : tuba basse – Niels Van Hertum : tuba – Yiphun Chiem : danse  –  Stanislas Anagogo: percussions, chant – Jovence James: percussions, chant, danse – Maxime Anagoko: percussions, chant, danse – Simplice Anato : percussions, chant – Houedanou Anagoko : percussions, chant, danse – Mahinou Anagoko : percussions, chant, danse – Agla Anagoko : percussions, chant, danse – Sam Mary : Ingénieur lumière

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.