Les sœurs Hié

+ Les tambours du Burundi

Avec
Mélissa Hié
djembé, balafon, chant
Ophélia Hié
balafon, bara, chant

 

Les soeurs Hié forment un duo créatif où la prouesse technique de leur jeu saura ravir les oreilles de chacun.
Le Burkina Faso possède une forte culture musicale, pourtant les femmes sont généralement laissées à l’écart de ces pratiques instrumentales. Nées en France de tradition burkinabè, les soeurs Hié ont osé dès leur plus jeune âge toucher aux instruments traditionnels. Formées par leur père, elles débutent par la danse et chacune évoluera vers son instrument de prédilection à savoir le balafon pour l’une et le djembé pour l’autre. Colonne vertébrale de la musique traditionnelle burkinabè, le balafon (« l’instrument qui sonne » en malinké) offre des mélodies percussives et une musicalité incroyable. Si leur passion leur a parfois valu des regards de travers, elles ne se sont pas découragées et font aujourd’hui la promotion de la culture burkinabè. Ces dernières années, les deux soeurs multiplient les expériences musicales et artistiques en mélangeant les styles musicaux, alliant tradition et modernité à la perfection.

Avec
Ntagabo Gabriel
Nsabimana Ferdinand
Ntimpirangeza Dominique
Nyandwi David
Manirakiza Félicien
Nizigiyimana Tharcisse
Njwira Godefroid
Nahimana Léopold
Banyuzuriyeko Christophe
Ndihikubwayo Claver
Havyarimana Thérence
Niyimpagaritse Bosco
percussions

 

On s’abandonne à l’appel de la transe joyeuse qu’adressent au monde ces fascinants messagers.
Les tambours du Burundi sont la référence majeure en matière de percussions africaines, leurs rythmes ont été exploités par une pléiade de musiciens partout dans le monde. Percussif et énergique, un tel ensemble ne laisse personne indifférent. Ces bergers royaux arrivent en scène tambours sur la tête et baguettes à la main, drapés de longues robes qui marient le blanc pur et le rouge sang. Ils commencent à jouer en martelant la scène. Les voix, entre souffles et cris, accompagnent la danse autour du tambour central qui symbolise le pouvoir. Véritables acrobates, les artistes bondissent et virevoltent. Cette danse, censée exprimer la fidélité au roi, est en fait une lutte pour s’approprier le tambour-pouvoir. Une sorte de guerre où l’arme
serait la séduction.


mercredi 28 novembre – 20:30

 

Théâtre des Bergeries

 

5 rue Jean Jaurès 93130 Noisy-le-Sec
01 41 83 15 20
Tarifs : 17€ ~ 6€
Accès PMR
Restauration sur place
letheatredesbergeries.fr