Mwezi WaQ.

Musique comorienne - Création

Combo comorien, Mwezi WaQ., porté par la voix de Sœuf Elbadawi, repart sur les routes avec Le blues des sourds muets. Issu d’un pays où la musique a longtemps été le lieu de mémoire du peuple, Mwezi WaQ. a choisi de reprendre une tradition de parole brute, initiée par les Anciens. Une parole tout en rythme, ancrée dans le quotidien et dans la langue du peuple comorien. Les six interprètes (guitares, violoncelle, percussions, chœurs et chant) se mettent au service d’un répertoire de mélodies, tantôt revisitées, tantôt inédites et solidement amarrées à leur modernité. Ils y parlent d’un archipel au destin fracassé, de la douleur des disparus et de l’exil, mais aussi d’une utopie collective où les forces du pouvoir s’inverseraient pour laisser place à une société plus humaine. Mwezi WaQ. délivre une musique poétique, tout droit venue des îles de la Lune (Comores), où le patrimoine est habilement revisité pour créer un pont entre le passé enfoui et l’espérance d’un monde meilleur.

Sœuf Elbadawi est auteur, metteur en scène et comédien. Il dirige la compagnie de théâtre O Mcezo. Ancien journaliste, il a aussi créé le Muzdalifa House, lieu d’agitation citoyenne et d’expérimentation artistique, à Moroni. Il a publié Un poème pour ma mère / la rose entre les dents (Komedit, 2008) ; Moroni Blues / chap. II et Notes de Moustwafa S. sur la mort du citoyen Kader, dans Dernières nouvelles de la Françafrique (2003). Un dhikri pour nos morts / la rage entre les dents a également été joué au Tarmac à Paris en juin 2013. Également producteur de disques, il a édité plusieurs albums de musique du monde pour le compte du label parisien Buda Musique.

Vendredi

16 décembre

20:30

Houdremont Centre Culturel La Courneuve
11 av. du Général Leclerc
93120 La Courneuve
Tarifs : 3 ~ 10€
01 49 92 61 61

Sœuf Elbadawi chant
Fabrice Thompson percussions
Benoist Bouvot guitare
Cédric Bau guitare
Valérie Belinga chœur
Clémence Leobal violoncelle

© Quentin

Sabena
Ahamada Smis

Slam danse vidéo - Création

L’auteur, compositeur et multi-instrumentiste Ahamada Smis fait revivre un épisode de l’histoire des Comores dans un spectacle où se mêlent sonorités traditionnelles et actuelles, création vidéo et danse contemporaine. Le peuple comorien n’a rien oublié du massacre de 1976 à Majunga, sur l’île de Madagascar, ni de ses milliers de rescapé.e.s appelé.e.s aujourd’hui les « Sabena », du nom de la compagnie aérienne qui les a rapatrié.e.s en toute urgence ; une tragédie toujours vive dans la mémoire d’Ahamada Smis qui l’évoque en musique, en images et en danse. Accompagné par trois musiciens et quatre danseur.euse.s, il déclame un slam sensible et poétique. Au plus près des événements tragiques sans jamais les illustrer pour ne pas les dénaturer et en garder la force, le spectacle manie habilement les symboles pour dire la douleur, les traumatismes, le pardon, la guérison et le renouveau. Ce long chemin vers la résilience trouve une résonance particulière dans la danse contemporaine et la vidéo d’animation issue de dessins réalisés sur les lieux même du drame, et dans le mariage des musiques traditionnelles de l’océan Indien – dont est originaire Ahamada Smis – avec le rap de sa ville d’adoption : Marseille.

Ahamada Smis est né dans la culture hip-hop, baignant dès le début des années 90 à Marseille dans la même vague bouillonnante qui révéla IAM, Fonky Family ou 3ème Œil. Au début de sa carrière il crée son propre label, Colombe Record, et se forme au métier d’ingénieur du son. Il complète cette aventure d’une quête vers ses racines comoriennes et africaines. Il suit une série de résidence dans l’Océan Indien (Zanzibar, Mayotte, La Réunion et Grande Comore) et s’initie aux instruments traditionnels (gaboussi, dzenzé, ngoma, kayambe). En 2013 son album Origine voit le jour, un cocktail de poésie urbaine et d’afro-ngoma acoustique, une déclinaison comorienne de l’afro-beat. En 2016, il renoue avec son passé hip-hop au travers des positions politiques et de poésie urbaine. A côté de ses créations discographiques, Ahamada crée aussi des spectacles pour le jeune public comme le conte musical Les chants de la mer (2012) ou Kipépéo (2017) avec le marionnettiste
Yiorgos Karakantzas.

Conférence slamée autour de Sabena en compagnie d'Ahamada Smis à la Maison de la Citoyenneté de la Courneuve le mer. 7 décembre.
+infos

Avec
Ahamada Smis
slam
Jeff Kellner guitare
Robin Vassy percussions
Uli Wolters saxophone, clarinette, flûte, MAO
Sinath Ouk danse
Mickael Jaume danse
Fakri Fahardine danse
Alifeyini Mohamed danse

 

Ahamada Smis composition et écriture, direction artistique
Djo Djo Kazadi chorégraphe : 
Claudine Bertomeu scénographie 
Mothi Limbu création graphique
Christophe Mentz création vidéon d’animation
Sveltana Boitchenkiff lumière
Arthur Bellais son

Coproductions le Festival de Marseille, le Mucem
Partenaires Pôle culture de Chirongui, Alliance française de Majunga 
Soutiens institutionnels DRAC PACA, Région Sud, ville de Marseille, DAC de Mayotte, FEAC (Ministère de l’outre-mer, Ministère de la culture)
Sociétés civiles CNM, Spedidam, Adami