Noël Mandingue

Sous le marrainage de Naïny Dibaté

Yeko

World pop - inédit

Le guitariste et compositeur breton Yohann Le Ferrand ouvre la soirée avec un nouveau projet collaboratif, nourri de sa rencontre musicale avec le Mali et ses grandes voix. Yeko (« la manière de voir » en bambara) crée des fusions Nord-Sud et puise dans l’énergie des cultures ancestrales tout en s’accordant subtilement au diapason des musiques actuelles. Le temps de quelques morceaux, Yohann Le Ferrand est rejoint sur scène par la chanteuse Tina Traoré. Ex-choriste de Rokia Traoré, cette jeune artiste malienne propose un chant tout aussi envouté qu’envoutant. L’extrême douceur de sa voix soutenue par le tamani se mêle au balafon, le kamélé n’goni s’entiche des gimmicks d’une guitare funky dans une rencontre fraternelle pour un voyage world-pop quasi méditatif.

Yohann Le Ferrand
Guitariste autodidacte, Yohann Le Ferrand fait ses débuts en écumant les scène bretonnes dans divers groupes de musique traditionnelle. Arrivé à Rennes, il glisse vers de nouveaux horizons afro-américains en suivant l’enseignement Jazz de Manu Gaultier, Christophe Laurenceau et Jean Philippe Lavergne. Compositeur-arrangeur et éternel curieux, sa rencontre avec le Mali en 2012 est un tournant décisif pour son inspiration musicale. Il multiplie là-bas des rencontres artistiques avec notamment Tiken Jah Fakoly, Salif Keita, Rokia Traoré… Cette dernière lui permet d’ailleurs de rejoindre la troupe de Kirina, un opéra qui tourne en Europe et aux États-Unis. En janvier dernier, Yohann Le Ferrand a sorti l’album Yeko (« La façon de voir ») en Bambara. Six portraits musicaux y sont enregistrés avec des chanteurs et chanteuses d’Afrique de l’Ouest : Khaira Arby, grande chanteuse malienne décédée en 2018 mais aussi Salimata « Tina » Traoré, Mylmo ou Mamani Keïta.

 

Tina Traoré
Fille de la chanteuse Maïmouna Dembele, Salimata Traoré, dite « Tina », est née à Markala, non loin de Ségou (Mali). Reconnue comme l’une des danseuses les plus talentueuses de sa génération, elle débute dans la musique en accompagnant sa mère lors des cérémonies de mariage, baptême ou concert à travers le pays.

Samedi

24 décembre

20:00

Théâtre Public de Montreuil
10 place Jean Jaurès
93100 Montreuil
Tarifs : 8 ~ 23€
01 48 70 48 90

Yohann Le Ferrand guitare
Tina Traoré chant
Daravan Souvanna basse
Basile Guéguen batterie
Drissa Dembélé kamélé n’goni, taman, balafon

© DR

Maïmouna Soumbounou

Mali Mousso

Après un premier passage remarqué en France avec Vesko l’an dernier à Africolor, Maïmouna Soumbounou, l’étoile montante du Mali, revient réchauffer Montreuil de sa voix virtuose. Celle que l’on surnomme « Oumou Sangaré junior » a en effet l’étoffe des grandes divas et transporte dans sa voix les traditions ancestrales wassoulou en leur insufflant une vague de modernité à travers ses propres compositions. Un show made in Bamako à couper le souffle, de quoi enjailler une veillée de Noël.

Maïmouna Soumbounou
Surnommée « la petite Oumou Sangaré » pour sa capacité à imiter à la perfection cette diva du Wassoulou, Maïmouna Soumbounou est une figure montante de la musique malienne depuis sa révélation au grand public lors de ses victoires aux concours interscolaires Mini tar en 2014 puis Maxi Tour School en 2017 et 2018. Âgée de 20 ans, son amour pour la musique a été transmis par sa famille Garanké et griotte. Au-delà de la ressemblance de sa voix avec celle d’Oumou Sangaré, elle souhaite construire son propre projet afin de développer sa carrière. Elle a déjà sorti trois albums qui se veulent un mélange de musique du Wassoulou et de chansons modernes.

Vesko
Musicien, compositeur, arrangeur, producteur (Djéli Mousso Condé, Cheick Siriman Sissoko...), spécialiste des musiques ouest-africaines, Vincent Lassalle a commencé sa formation musicale au Mali, il y a 25 ans. En France, il joue pour de nombreux artistes et se perfectionne en arrangement et composition. Son style, à cheval entre deux continents, mêle pop, électro et tradition. En 2010, il se lance dans la production discographique, réalisant deux albums pour Djeli Moussa Condé, avec lequel il fait ensuite plus de 200 concerts. Il gère ainsi la carrière de plusieurs artistes en développant le conseil artistique et l’action culturelle de leurs projets.

Maïmouna Soumbounou chant
Vesko percussions
Manu Sissoko chœurs
Salif Koné guitare
Élisée Sangaré basse
Bina Samaké batterie, percussions

© Valérie Dorpe