Africolor

 

Focus sur...

Yellow Fever Tour
Pour cette première soirée du festival, africolor a confié les manettes à David Neerman pour une création autour de sa tournée africaine avec Lansiné kouyaté. Publié sur le web jour après jour, ville après ville, ce carnet totalement subjectif d’un voyage épique qui serpente à travers les régions touchées par la fièvre jaune se transforme pour africolor en un concert événement avec Jeanne Balibar à la voix, David Neerman au vibraphone et Chérif Soumano à la kora.

Edito

 

Pour ses 25 ans, africolor célèbre ses anciens combattants, tirailleurs des balafons, voltigeurs de vocalises mandingues, fantassins de Steel band. Ainsi, Ray Lema, Danyel Waro, Ogoya Nengo, Kasse Mady Diabaté, Abdelkader Chaou seront de la revue aux côtés de l’immortel Zao, cependant que Franco Luambo et Francis Bebey, tombés aux chants d’honneur, seront fêtés façon Afrique enchantée. Dans les airs planera le Yellow fever Tour, récit hallucinatoire d’une Afrique plus «déjantée», orchestré par Jeanne Balibar et David Neerman, tandis que les ultramarins d’Indestwas Ka battront tambour Ka. Mais, comme la musique n’est pas « la guerre continuée par d’autres moyens », les ambassadeurs de demain seront là: Chérif Soumano, Ze Jam et Simon Winsé, les chanteuses de Chaâbi au féminin, Expérience Ka… pour une édition qui n’oubliera pas le Mali, celui des révoltes de 14-18 et celui de l’après-guerre d’aujourd’hui. Ici, dans les foyers de travailleurs migrants ; là-bas, dans la région de Kayes, où naquit une certaine Marie Diallo-Duranton, enfant du premier mariage mixte au Mali. C’était en 1841.